ECHOS DE MEULAN

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Agrandir le texte
  • Taille par défaut
  • Rapetisser le texte

Gaillon

Imprimer PDF

Depuis 2002, Gaillon-sur-Montcient fait partie  du secteur paroissial de la rive droite de la Seine. Laissons ce petit village nous  raconter  brièvement son histoire.
« Petit hameau à l’époque gallo-romaine, menu village mérovingien, ce qu’atteste la découverte d’une nécropole au lieudit La Garenne en 1994, je devins au XIIème siècle un village aux ressources essentiellement agricoles. Développé sur les coteaux de la rive gauche de la Montcient, mon nom apparait en 1116 dans les archives de l’abbaye Saint-Martin de Pontoise. Au  fil des siècles, des maisons se groupèrent autour de mon église romane Notre-Dame de l’Assomption surmontée d’un clocher pyramidal en pierre et dont le style est proche de plusieurs autres églises du Vexin qui auraient été édifiées à la suite d’un vœu de la comtesse Agnès de Montfort.
Mon château datant du XVème siècle et la ferme du Saussaye  qui en dépend, forment un vaste domaine qui, avec quelques fermes de Gaillon vuemoyenne  importance, symboliseront l’activité rurale du village qui se développa un siècle plus tard grâce à l’action de la famille  de Vion. A cette époque, en contrebas du village, l’eau de la Montcient  faisait tourner les roues de deux moulins. La superficie de mon territoire correspondrait à 482 hectares d’aujourd’hui. En 1636, lors de la guerre de Trente ans, il est « ordonné à tous les habitants des villages d’alentour d’aller servir à la garde de la ville de Meullent et de travailler aux fortifications d’icelle et ce à peine de désobeissance ». En 1692, un clerc est nommé maître d’école à Gaillon. Un siècle après, en 1728,  le village compte 47 feux, soit 177 habitants. En 1765, selon la correspondance  du subdélégué, l’état du cheptel concernant Gaillon y fait apparaitre 69 vaches, 33 chevaux, 15 bourriques et 300 moutons. En  1835, on dénombra 40 chevaux, 100 bovins, et 300 ovins. Au moment  où 350 habitants figuraient dans le recensement de 1838, la commune acquit une maison dont elle fit sa mairie-école. Des travaux de restauration s’imposant, en 1887 on bétonna le sol de l’église pour lutter contre l’humidité qui rongeait les murs.
Le progrès étant là, en 1908 la commune vendait un terrain à la Société des eaux et gaz, faisait bâtir un grand abreuvoir en 1910, et l’année suivante, Gaillon bénéficiait de l’installation du gaz dans les rues et les bâtiments communaux.
Depuis,  la construction de nouvelles maisons et d’une mairie-salle des fêtes en 2001, Gaillon, avec ses 687 habitants est un village où il fait bon vivre ».  

Vous êtes ici :