ECHOS DE MEULAN

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Agrandir le texte
  • Taille par défaut
  • Rapetisser le texte

LA COLLÉGIALE NOTRE-DAME DE POISSY

PDF

collegialeEn cette année 2016, la ville de Poissy dans les Yvelines célèbre le millénaire de sa collégiale Notre-Dame. Fondée vers 1016 par Robert le Pieux, fils d’Hugues Capet, elle est restée longtemps inachevée. Pour des raisons que les rares sources d’archives ne précisent pas, les travaux ne reprendront qu’entre 1130 et 1160. L’Ile-de-France est alors en pleine mutation entre l’art roman et l’art gothique, ainsi la collégiale est l’un des rares témoignages de cette époque de transition.

Au XIIIe siècle, le futur Louis IX (saint Louis) y fut baptisé, quelques jours après sa naissance à Poissy, le 25 avril 1214. Il n’a jamais oublié l’église de son baptême et a fondé une messe anniversaire pour ses parents en 1238 et fait construire une chapelle en 1250. L’église connaîtra bien des vicissitudes et des remaniements au cours des siècles suivants : elle a brulé lors de la guerre de Cent Ans, fut ravagée par les Huguenots en 1567 sous la deuxième guerre de religion et sous la Révolution française, le chapitre fut supprimé et l’église fermée au culte.

Au début du XIXème siècle, vers 1820 l’édifice est dans un état pitoyable ; les colonnettes qui supportent la voûte de l’abside s’inclinent sous son poids et les murs se lézardent. Les restaurations successives ne parviennent pas à le stabiliser. La collégiale est toutefois classée monument historique en 1840. En 1844, Eugène Viollet-le-Duc est chargé de la restauration. Il est accusé d’avoir dénaturé ce monument. Cependant les spécialistes reconnaissent qu’il l’était déjà avant son intervention et n’était plus qu’une ruine chancelante qu’il a réussi à pérenniser et à lui rendre un aspect médiéval.

Une dernière campagne de restauration lancée en 1884 est confiée à Jean Camille Formigé. Elle s’achèvera en 1896. La collégiale est alors sauvée dans son intégralité.

De l’église du XIIème siècle, seul subsiste le clocher-porche occidental. Telle qu’elle est maintenant, elle déçoit un peu les visiteurs parce que c’est une église en grande partie du XIXème siècle. Néanmoins, elle présente un intérêt historique pour son plan sans transept et avec un déambulatoire, son élévation à trois niveaux et ses éléments artistiques dont les deux tours et les chapiteaux.

L’évènement qui a fait la célébrité de la collégiale reste le baptême de saint Louis. Les fonts baptismaux de cette époque y sont toujours conservés, ils ont pris le statut de relique après la canonisation de saint Louis en 1297. Ils ont toujours été respectés mais les nombreux prélèvements de fragments pour fournir des reliques ont nécessité des modifications ; pour les protéger, ils furent remontés dans la chapelle Saint-Louis où ils se voient maintenant derrière une grille.

L’église Notre-Dame a eu le titre de collégiale car sous l’Ancien Régime un chapitre de chanoines avait son siège dans l’église. Ce chapitre a été dissous à la Révolution, l’appellation de collégiale n’est désormais plus qu’une référence au passé.

Outre les fonts baptismaux, vous pourrez toujours admirer dans cette église : des pierres tombales originales, la chapelle ornée de splendides boiseries du début du XVIIIème, la chaire à roulettes provenant du couvent voisin des Ursulines, un orgue Cavaillé-Coll-Mutin, les vitraux et de très belles statues dont une d’Isabelle de France, fille de saint Louis. Comme pour la collégiale de Mantes l’environnement immédiat met en valeur l’harmonie architecturale.

Pour célébrer le millénaire de nombreuses manifestations auront lieu tout au long de l’année 2016. Entre autres :

  • jusqu’au 31 décembre, le parvis de la Collégiale accueille l’exposition « La Collégiale au fil des siècles » qui évoque mille ans de construction et de progrès humain,

  • jusqu’au 19 novembre, l’association les « Amis de la Collégiale » propose en partenariat avec la ville un tout nouveau son et lumière. Ce spectacle qui s’annonce grandiose a lieu gratuitement tous les vendredis et samedis à 22 heures (réservations au 01 34 74 60 65 – durée 30 minutes).

  • jusqu’au 30 juin, le musée du Jouet présente des documents, gravures et tableaux rappelant les restaurations dont a bénéficié la Collégiale au cours des XIXème et XXème siècles.

  • Tous les dimanches des visites découvertes organisées par des bénévoles de l’association Sauvegarde et animation du patrimoine sacré ont lieu à 16 heures. Renseignements et inscriptions au 01 39 65 08 03.

  • En sus des concerts, des conférences, des visites auront lieu ponctuellement.

Vous êtes ici :